Tentative de putsch à DASH-L : le CA résiste

9 juillet 2010 - Maurice Giroux

C’est dans un climat de contestation que s’est déroulée hier l’assemblée générale annuelle de Développement aéroport de Saint-Hubert-Longueuil (DASH-L), alors qu’un groupe majoritaire en colère de 55 membres corporatifs issus des compagnies d’aviation et des usagers de l’aéroport a tout tenté pour prendre le contrôle de la réunion et imposer ses vues au conseil d’administration qui en eu plein les bras pour résister à la marée.

Dès l’ouverture de la réunion le groupe a tenté de changer le président d’assemblée, un pouvoir qui avait été délégué au directeur général de DASH-L,  Sylvain Gonthier, par le président du conseil, Pierre-Hugues Miller.


/files/archives/mediasud/nouvelles/flv2992_1.flv


Ensuite c’est l’ordre du jour qui a été modifié, par le vote de 55 pour, 5 contre et quelques abstentions, afin d’y ajouter les trois items suivants : nomination de nouveaux vérificateurs, directives au conseil d’administration pour qu’il retire son projet de modifier son horaire de vols et destitutions de certains administrateurs.


/files/archives/mediasud/nouvelles/flv2992_3.flv


En cours de réunion, qui a duré 1h45, la majorité a aussi contesté les états financiers, proposé la destitution de quatre administrateurs, dont trois désignés par l’agglomération de Longueuil et proposé un nouvel administrateur pour remplacer M. Gordon  Livingstone, délégué de l’assemblée générale, mais à qui il reste encore un an de mandat.


/files/archives/mediasud/nouvelles/flv2992_4.flv

Le groupe de dissidents a aussi a adopté une résolution demandant « la nomination de la firme KPMG à titre de vérificateurs de DASH-L et que ceux-ci aient les mêmes pouvoirs que des vérificateurs nommés en vertu de l'article 113, paragraphe 1, de la Loi sur les compagnies du Québec. »

De plus il a été  résolu que « cette assemblée générale annuelle des membres de DASH-L nomme immédiatement des inspecteurs qui seront choisis par nos vérificateurs, la firme KPMG, afin de procéder è l'examen de l'état des affaires de DASH-L en vertu de l'article 111 de la Loi sur les compagnies du Québec. »


Le président du conseil, l’avocat Pierre Hugues-Miller, a indiqué publiquement que la plupart de ces votes de l’assemblée générale allaient directement à l’encontre des règlements généraux de l’organisme sans but lucratif. Il a annoncé toutefois la tenue d’une assemblée générale des membres d’ici quelques mois pour prendre en compte les doléances des usagers de l’aéroport. Il y sera aussi question de la hausse des tarifs d’utilisation des pistes de l’aéroport.

 

En point de presse après cette réunion mouvementée, M. Miller a admis que DASH-L devra se pencher très sérieusement sur son système de gouvernance qui permet aux utilisateurs de l’aéroport de prendre le contrôle des finances et de l’administration. La question de la municipalisation de DASH-L a été mentionnée comme une piste de solution.


/files/archives/mediasud/nouvelles/flv2992_5.flv


Rappelons que le membership de DASH-L, qui est actuellement de 194 membres, comprend un bloc d’au moins 60 personnes issues des compagnies d’aviation de l’aéroport, à raison de quatre et même 5 délégués dit corporatifs à 100$ par délégué de chacune des compagnies membres.

 

Par contre tout citoyen peut à titre individuel devenir membre de DASH-L moyennant une cotisation de 100$ par année, à la condition de résider ou de travailler sur le territoire de la communauté métropolitaine de Montréal. Cette catégorie formée d’une centaine de membres présentement brillait par son absence hier.

 

En 2006, lors d’une autre réunion annuelle mouvementée, la question du prix payé par des locataires des hangars avait soulevé la colère des utilisateurs. Quelques mois plus tard, DASH-L avait sonné le rappel des membres non corporatifs et plus de 200 personnes s’étaient réunies dans un grand hôtel de Longueuil sous l’autorité incontestée des administrateurs.

 

(L’intégrale de la réunion de DASH-L sera en ligne vendredi après-midi sur MédiaSud.)

Propulsé par 7Dfx